Partagez
Aller en bas

HannaH
HannaH
Admin
Admin
Voir les informations

Travailleuses du sexe sur Internet : le gouvernement doit cesser de nous faire la guerre ! Empty Travailleuses du sexe sur Internet : le gouvernement doit cesser de nous faire la guerre !

Message par HannaH le Mar 12 Nov 2019, 21:53
L'exécutif annonce vouloir lutter contre le «proxénétisme sur Internet» sans même attendre l'évaluation de la loi de 2016 qui pénalise les clients. Il pourrait pourtant étudier d’autres voies, notamment celles présentées par les personnes concernées.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Depuis maintenant trois ans que la loi de 2016 pénalisant les clients est en place, tous les acteurs s’accordent pour dire que ses effets positifs [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] . Le nombre de travailleuses du sexe n’a pas diminué et l’exploitation des mineurs comme la traite des êtres humains seraient [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] . L’attention se tourne désormais sur le travail sexuel via Internet, puisqu’il est dorénavant admis que la majorité exerce par ce moyen de communication. Le gouvernement et les prohibitionnistes annoncent vouloir lutter contre le «proxénétisme sur Internet» et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de la députée de Paris, Laetitia Avia, contient un amendement CL93 visant à censurer [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] au regard de l’infraction de «proxénétisme». Cette proposition de loi déjà votée par l’Assemblée nationale sera présentée courant décembre au Sénat.

Comme d’habitude, la lutte contre l’exploitation est amalgamée à la lutte contre le travail sexuel dans son ensemble. La définition du proxénétisme est en effet très large pour inclure toute «aide à la prostitution» ou «mise en relation» avec les clients. Cela signifie concrètement que tout site web d’annonces d’escortes est pénalement interdit. Les prohibitionnistes prônent la «tolérance zéro» tout en sachant que, pour chaque site web fermé, trois autres ouvrent à sa suite. Ils prétendent que cela permet de réduire les profits des «proxénètes» sans se soucier aucunement des conséquences sur les travailleuses du sexe en matière de sécurité et d’exploitation.



Premières signataires :
Nikita Bellucci, actrice porno ; Emma Becker, auteure de la Maison ; Amar Protesta, travailleuse du sexe & secrétaire générale du Srass (Syndicat du travail sexuel) ; Marianne Chargois, travailleuse du sexe & artiste ; Bertoulle Beaurebec, actrice porno & performeuse ; Romy Alizée, actrice porno & photographe.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-