Aller au forum
Partagez
Aller en bas

Guy Banni
Guy Banni
Membre
Membre
Voir les informations

LES CLIENTS DE PROSTITUÉES SONT-ILS DES VIOLEURS ?   Empty LES CLIENTS DE PROSTITUÉES SONT-ILS DES VIOLEURS ?

Message par Guy Banni le Jeu 20 Juin 2019, 06:51
LES CLIENTS DE PROSTITUÉES SONT-ILS DES VIOLEURS ?

Le texte ci-dessous est un extrait d’un article de 2013 qui s’intitule : « Questions sur l’abolition de la prostitution » extrait du site [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] mais qui me paraît toujours valable. Pour lire l’article en entier cliquez sur le lien que j’ai déposé ci-dessous après à la fin de ce texte.

Les clients sont-ils des violeurs ?

Aussi faire passer les clients de prostituée pour des violeurs, comme le fait Claire Quidet du Mouvement du nid, abolitionniste, comme si ce client utilisait la contrainte physique ou même morale, comme si c'était lui qui était responsable des difficultés financières ayant pu conduire certaines personnes prostituées à cette profession, le présenter comme abusant d'une position de force que lui donne son argent, c'est oublier que les clients, sont le plus souvent des personnes isolées socialement, en état de misère sexuelle et se trouvant juste en moins grand besoin financier que les prostitués (mais en plus grand besoin sexuel), des agriculteurs, des handicapés et pas uniquement des hommes d'affaires trop pressés pour s'investir dans une relation de couple utilisant les escort girls qui se monnayent au prix fort.

On les accuse de faire vivre un réseau de proxénétisme réduisant des gens à l'état d'esclavage sexuel. Mais quand on achète des habits fabriqués à l'étranger par de petites mains d'esclaves, va-t-on pénaliser les clients ? Qui est responsable de cette mise sur le marché d'habits produits par des esclaves ? Certainement pas le client mais les maîtres de ces esclaves et l'Etat qui consent à ce que de telles marchandises se retrouvent sur son territoire. Si une femme de ménage est exploitée et esclavagisée par une association de service à la personne, ira-t-on pénaliser le client qui obtient par le travail de cette femme un service dont il ne peut connaître la nature illégitime ?

Quant à dire comme les abolitionnistes que la sexualité ne fait pas partie des droits humains, cela revient à nier le droit de disposer de son corps comme bon nous semble quand on est adulte et cela relève en plus d'un déni de la réalité sexuée de l'espèce humaine. Ainsi toute pénalisation de la prostitution, du fait qu'elle repose sur une contrainte pour assurer sa survie devrait pour être juste s'accompagner d'une pénalisation de toute forme de salariat privé qui d'une façon générale consiste à offrir sa force de travail contre un revenu permettant à l'employé d'assurer sa survie et à l'employeur de réaliser une plus-value, donc d'exploiter son employé. Si donc l'on veut sincèrement abolir le risque que des gens fassent commerce de leur corps pour vivre, quelles qu'en soient les parties, au lieu de stigmatiser les prostituées et leurs clients, il faut d'abord abolir le capitalisme.

Et encore, même dans un monde débarrassé de toute exploitation capitaliste, il faudrait que les droits matériels fondamentaux de chacun soient assurés et que chacun puisse vivre de son activité. Alors chacun ferait le travail qui lui convient et on serait assuré que personne ne choisirait la prostitution par dépit, pour payer sa note d'électricité. Car il a déjà existé, avant le capitalisme d'autres formes d'exploitation de l'homme par l'homme et il peut en exister d'autres, comme l'a montré la bureaucratie stalinienne. Mais même dans un monde débarrassé de tout droit à l'exploitation, le comportement humain étant très variable sur la base de quelques fondamentaux universels, rien n'interdit d'imaginer que la proposition de services sexuels pourrait encore venir à l'idée de certains.

Donc au lieu d'emboîter le pas de la sociétalisation du parti socialiste, qui pour éviter qu'on ne fasse attention aux problèmes sociaux lance sujet sociétaux sur sujets sociétaux pour brouiller les pistes, l'Humanité ferait bien de revenir à ses fondamentaux.

Lien vers le texte intégral de l’article ci-dessus :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


looann
looann
TDS
TDS
Voir les informations

LES CLIENTS DE PROSTITUÉES SONT-ILS DES VIOLEURS ?   Empty Re: LES CLIENTS DE PROSTITUÉES SONT-ILS DES VIOLEURS ?

Message par looann le Jeu 20 Juin 2019, 20:29
Yao Jym a écrit:Aussi faire passer les clients de prostituée pour des violeurs, comme le fait Claire Quidet du Mouvement du nid, abolitionniste, comme si ce client utilisait la contrainte physique ou même morale, comme si c'était lui qui était responsable des difficultés financières ayant pu conduire certaines personnes prostituées à cette profession
Kikoo Yao

Comme le disait notre regretté Coluche:
Et puis je vous ferais remarquer que violer c'est quand on veut pas.
Moi je voulais, moi.


Les abolos du Nid, Rosen Hicher en tête, vous diront que oui c’est un viol. Et comme elle le prétend:
"Il y a dix ans, je gagnais par mois environ 7.000-8000 euros. Les deux dernières années, je gagnais 1.000-1.500 euros. Je ne pouvais plus, ça me prenait les tripes"
"… parce que j’estime que je me suis laissée agresser sexuellement tous les jours. Pour moi, ce sont des viols. Des viols que j’autorisais certes, mais des viols"
Comment expliquer simplement ce non-sens?
Le jour ou l'argent ne rentre plus suffisamment cela devient un viol, pourtant personne ne l'a forcé à se prostituer cette brave dame!

Lorsque l’affaire DSK a éclaté, on se demandait presque si payer des rapports sexuels achetait un consentement illimité?
Bien entendu non, lorsque il n'y a plus de consentement cela devient du viol

Guy Banni
Guy Banni
Membre
Membre
Voir les informations

LES CLIENTS DE PROSTITUÉES SONT-ILS DES VIOLEURS ?   Empty Re: LES CLIENTS DE PROSTITUÉES SONT-ILS DES VIOLEURS ?

Message par Guy Banni le Ven 21 Juin 2019, 08:16
« Vous êtes un violeur aux pratiques barbares ! » m’a répondu un féministe de Mediapart à la suite de l’un de mes commentaires en réponse à son article sur Mediapart d’il y a huit jours.
 
Voici ci-dessous en résumé ses arguments pour justifier ce genre de propos à mon encontre :
 
[…] La prostitution c'est le contraire de la liberté ! La prostitution, c'est la SOUMISSION la plus TOTALE aux volontés des hommes y compris les plus tordus et les plus violents. Une soumission répétée plusieurs fois par jours ! […] Dès qu'on accepte l'argent pour une passe c'est le pouvoir total de l'homme qui s'exprime ! L'inégalité n'est plus une différence ou un jeu de stéréotype c'est un abandon total de liberté. On risque toutes les formes de sadisme ! […] Les prostituées sont un bon alibi pour vous qui vous permet un camouflage du proxénétisme le plus dominateur et violent. […] Masturbez-vous c'est plus inoffensif ! […]
 
Lorsque j’ai eu affaire à nombre de ces jeunes prostituées sexy de luxe de 1965 à 1972 il ne m’est jamais venu que lorsque je leur donnai de mon argent en échange de leurs services sexuels voire d’amour celui-ci n’était en réalité qu’une forme de violence à leur égard. Pour moi toutes les femmes sont toujours le symbole de l’amour et des soins. Quand on paie une doctoresse, une infirmière, une psychologue, une sexologue, etc. il ne vient alors à personne de déclarer que l’argent qu’on donne à celles-ci en échange de leurs services c’est en réalité une forme de violence à leur égard et que leur client n’est en réalité qu’un abuseur, un agresseur, un violeur, de celles-ci.
 
Le féminisme actuel ce ne sont que des mensonges, de l’hypocrisie, des affabulations, etc. et quant aux féministes, elles m’apparaissent, bel et bien, toutes, comme des dérangées, des mythomanes, des névrosées, voire même comme des psychopathes perverses pires que les vrais violeurs.
 
Yao JYM
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum