Partagez
Aller en bas
avatar
looann
Membre
Membre
Messages : 40

Localisation : earth

Oh My God ! Re: Harcèlement sexuel

le 05.11.17 13:28
Zen Éros a écrit:Je suis d'accord avec vous.

La perversion ne résulte pas bien sûr d'une éducation volontaire des parents en ce sens.

C'est l’inconscient de ceux-ci qui est la cause de bien des maladies psy dont à mon avis aussi la schizophrénie.

J’ai eu affaire à un client, qui était devenu un habitué que j’appréciais pour sa sympathie, qui m’a lancé cette phrase :
« Toi par exemple, si tu est pute c’est bien parce qu’il y a eu des troubles dans ton enfance ? »

Sur le coup je suis restée estomaquée, le souffle coupé, la gorge nouée. Il venait expressément de m’insulter.
Je peux vous dire qu’il a pris la porte directement et je lui ai juste laissé le temps de se rhabiller, dommage il baisait bien.
Par ce genre de réflexion on en vient à amalgamer tout et n’importe quoi, je ne fais pas là une comparaison entre ce vécu et ce qu’est un harceleur ou violeur mais il est bien difficile de connaître les gens, d’en avoir un jugement fiable à 100 %

Avant de nous perdre, il remettait en cause l’éducation que j’ai reçue de mes parents pour justifier mon choix de la prostitution mais cela n’a rien à voir.
Alors ma question : Pour le cas d’un pervers, dans quelle mesure l’éducation reçue peut-elle engendrer un monstre ?

_________________
There is no wisdom below the belt
Sir Matthew Hale

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Yao Jym
Membre
Membre
Messages : 78

https://blog-ex-schizo.blogspot.com

Oh My God ! Re: Harcèlement sexuel

le 05.11.17 19:24
Un pervers est toujours un monstre. Quant aux prostituées que j’ai connues autrefois elles m’apparaissaient alors toutes comme des petites jeunes femmes bien équilibrées avec lesquelles je me serais même bien marié éventuellement. Mais à ma demande de mariage avec elles ne me répondaient-elles pas (presque) toutes de la même façon toujours : « Donne-moi 100 millions et je me marie tout de suite avec toi ! » Je répondrai plus probablement à vos questions dans quelques jours car d’ici là je n’en aurai vraiment pas le temps matériel. Je vous prie de m’excuser à ce sujet.
avatar
HannaH
Admin
Admin
Messages : 302

Age : 37
Localisation : Vaud
http://escort.forumactif.com/

Oh My God ! Re: Harcèlement sexuel

le 12.11.17 9:14
Réputation du message : 100% (1 vote)
Une série documentaire de Johanna Bedeau, réalisée par Marie-Laure Ciboulet

Au titre d’un objet social commun, les droits des femmes en général et la lutte contre les violences faites aux femmes en particulier, cinq associations féministes : Chiennes de garde, Collectif Féministe Contre le Viol, Fédération Nationale Solidarité Femmes, Femmes Solidaires et Mouvement Français pour le Planning Familial, ont engagé une procédure contre les textes sexistes du rappeur Orelsan en août 2009.

Considérant que de nombreuses expressions des textes de ce chanteur était explicitement et violemment sexistes, les associations ont porté plainte "pour injures publiques à raison du sexe, et incitation à la haine, à la violence et aux discriminations à raison du sexe" selon les articles de la loi qui interdisent ce type de propos (articles 29, modifiée le 30 décembre 2004).

Au terme de plus de 6 ans de procédures, les associations ont été entendues au cours d’un procès.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Les combattantes : Sortir des violences faites aux femmes

_________________
Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier : 
La femme qui a un mari et un amant est une prostituée pour l'un des deux et souvent pour tous deux, et puis je ne saurais consentir à céder la place à un autre.

                              [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]                                                    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
looann
Membre
Membre
Messages : 40

Localisation : earth

Oh My God ! Re: Harcèlement sexuel

le 24.12.17 12:29
Réputation du message : 100% (1 vote)
Zen Éros a écrit:
Je répondrai plus probablement à vos questions dans quelques jours car d’ici là je n’en aurai vraiment pas le temps matériel. Je vous prie de m’excuser à ce sujet.

Savoir être patiente...

_________________
There is no wisdom below the belt
Sir Matthew Hale

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
HannaH
Admin
Admin
Messages : 302

Age : 37
Localisation : Vaud
http://escort.forumactif.com/

Oh My God ! Re: Harcèlement sexuel

le 23.02.18 9:59
Insécurité et délinquance en 2017, premier bilan statistique

Voici un document où en matière de harcèlement sexuel on apprend que les hommes sont loin d'être épargnés

Harcèlement sexuel : plus d’un million de femmes et 500 000 hommes âgés de 20 à 69 ans concernés sur une année en France métropolitaine
Fichiers joints
harcelement.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(746 Ko) Téléchargé 1 fois

_________________
Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier : 
La femme qui a un mari et un amant est une prostituée pour l'un des deux et souvent pour tous deux, et puis je ne saurais consentir à céder la place à un autre.

                              [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]                                                    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
MiLady
Membre
Membre
Messages : 48

Age : 33
Localisation : Bien au chaud

Oh My God ! Re: Harcèlement sexuel

le 12.04.18 10:19
Réputation du message : 100% (1 vote)
Harcèlement sexuel et discrimination fondée sur le sexe au travail

Les codes vestimentaires sexualisés sont un exemple des nombreux types de discrimination fondée sur le sexe auxquels se heurtent les femmes. Le harcèlement sexuel est une forme particulière de discrimination fondée sur le sexe. Selon un sondage mené en 2014, trois femmes sur dix ont subi du harcèlement sexuel au travail[1].  

Dans sa Politique sur la prévention du harcèlement fondé sur le sexe de 2013, la CODP reconnaissait les effets graves du harcèlement sexuel sur les employées de sexe féminin et personnes trans. Le harcèlement sexuel peut miner le moral des employés, réduire la productivité et contribuer à des difficultés physiques et émotionnelles comme l’anxiété, la dépression et l’état de stress post-traumatique. La Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes des Nations Unies stipule que le harcèlement sexuel est une forme de violence faite aux femmes. Le harcèlement et la violence sexuels sont le reflet d’attitudes négatives à l’endroit des filles et des femmes. Les comportements sexuels non appropriés (blagues et insinuations à caractère sexuel, gestes d’ « affection » non sollicités) évoluent souvent au fil du temps et peuvent prendre des formes plus graves s’ils sont autorisés à se poursuivre[2].  Le harcèlement continu peut aboutir à de la violence physique et sexuelle.    

Le harcèlement fondé sur le sexe et un type de harcèlement sexuel particulier, qu’on définit de la façon suivante : « toute conduite qui impose et renforce les normes hétérosexuelles traditionnelles se rapportant au sexe[3] ». Le harcèlement fondé sur le sexe est utilisé couramment pour tenter de rétablir les normes sexospécifiques, c’est-à-dire assurer la polarisation des conduites masculines et féminines, en rappelant à l’ordre la personne que l’on croit « dévier » de ces normes[4].

Ces derniers mois, des affaires notoires de harcèlement sexuel, de violence sexuelle et d’autres formes de discrimination fondée sur le sexe ont fait les manchettes, dont des allégations de harcèlement répandu dans des institutions publiques canadiennes. Ces affaires ont relancé la discussion sur les effets du harcèlement sexuel et des autres obstacles auxquels les femmes se heurtent en emploi. Bien que le harcèlement sexuel touche tous les secteurs d’emploi, les plaintes pour harcèlement sexuel sont particulièrement nombreuses dans les industries à prédominance masculine (comme le maintien de l’ordre[5], la prévention-incendie[6], l’exploitation minière[7], les forces armées[8] et la construction[9]). Les femmes sont également plus susceptibles de subir du harcèlement sexuel au travail lorsqu’elles sont perçues comme des subalternes (p. ex. travailleuses de la santé[10] ou massothérapeutes) ou sont isolées de leurs collègues, comme les préposées aux soins à domicile[11].

Les femmes sont plus susceptibles que les hommes d’être en situation d’emploi précaire[12], comme un emploi peu rémunéré ou à temps partiel. Cela pourrait les exposer davantage à des avances sexuelles importunes ou à d’autres formes de harcèlement sexuel[13]. Le fait de dépendre de pourboires peut aussi accroître les risques de harcèlement sexuel[14]. Pour attirer des clients et collecter des pourboires, le personnel de sexe féminin peut être tenu de tolérer les comportements sexuels importuns des clients[15]. Ces facteurs économiques peuvent également faire en sorte qu’il est plus difficile pour les employées de se plaindre et d’obtenir de l’aide. Les femmes qui occupent des postes d'autorité n'en sont pas pour autant à l'abri du harcèlement sexuel et des comportements non appropriés fondés sur le sexe.

Les jeunes femmes, femmes racialisées, lesbiennes, immigrantes, migrantes, personnes trans et femmes handicapées pourraient aussi courir un risque accru de harcèlement sexuel et fondé sur le sexe. Dans une décision rendue publique en mai 2015 (O.P.T. v. Presteve Foods, Ltd.[16]), le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario a déterminé qu’un employeur avait soumis deux travailleuses étrangères temporaires du Mexique à des sollicitations, des avances et du harcèlement sexuels qui avaient créé un milieu de travail empoisonné sur le plan sexuel. Quand une des travailleuses s’est opposée à la situation, l’employeur a menacé de la renvoyer au Mexique si elle ne se pliait pas à ses sollicitations et avances. En reconnaissance de la gravité du harcèlement et de l’extrême vulnérabilité des travailleurs, le TDPO a exigé plus de 150 000 $ en dommages pour une des travailleuses et 50 000 $ en dommages pour la seconde.

Le harcèlement sexuel et la discrimination fondée sur le sexe sont particulièrement répandus dans l’industrie de la restauration et touchent les personnes chargées de l’accueil et du service au bar et aux tables[17], dont la plupart sont des femmes[18]. Souvent, ces femmes sont jeunes et évoluent sur le marché du travail pour la première fois. Plus du tiers (36,8 %) des personnes chargées du service de la nourriture et des boissons en Ontario sont des femmes âgées de 15 à 24 ans[19]. Selon des recherches, la discrimination fondée sur le sexe et le harcèlement sexuel sont si répandus dans l’industrie de la restauration qu’ils sont souvent perçus comme « partie intégrante de l’emploi »[20]. Les gérants, clients et même le personnel pourraient banaliser le comportement et en minimiser les effets. Pourtant, ce genre de discrimination fait des torts énormes aux femmes et demeure contre la loi, même lorsqu’il est répandu.

Les restaurants qui fondent leurs décisions d’embauche sur des critères liés au sexe, à l’âge, à la race, à l’identité sexuelle, à la capacité, et à la croyance (religion) dans le but de donner une « image » quelconque de l’organisation peuvent contrevenir au Code des droits de la personne de l’Ontario. Les codes vestimentaires qui obligent les femmes à porter des jupes courtes, des décolletés et des talons hauts pour attirer les clients pourraient s’avérer discriminatoires et rendre les femmes vulnérables au harcèlement sexuel[21]. Les employeurs qui ne préviennent pas le harcèlement sexuel ou qui n’interviennent pas lorsque des membres du personnel font l’objet de commentaires ou de comportements importuns, comme des remarques à caractère sexuel, des demandes de rendez-vous personnels ou des attouchements non appropriés, contribuent également à créer un milieu de travail discriminatoire. Les employeurs doivent veiller à ce que leurs milieux de travail soient libres de discrimination et de harcèlement, ou ils pourraient être jugés responsables d’avoir contrevenu aux droits de la personne de leurs employés.

Vous trouverez la prise de position de la CODP sur les codes vestimentaires sexospécifiques ici.

http://www.ohrc.on.ca/fr/position-de-la-codp-sur-les-codes-vestimentaires-fond%C3%A9s-sur-le-sexe/harc%C3%A8lement-sexuel-et-discrimination-fond%C3%A9e-sur-le-sexe-au-travail

_________________
Faire plaisir à quelqu'un est le seul motif que je trouve encore savoureux
Henri-Frédéric Amiel

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum