Partagez
Aller en bas
avatar
€scort
Webmaster
Webmaster
Voir les informations
https://www.forumtds.net

Unique Témoignages suite à la pénalisation des clients

le Jeu 03 Jan 2019, 01:16
Depuis le 17 décembre, journée mondiale contre les violences faites aux travailleuses du sexe, en partenariat avec [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], sont relayés les témoignages de travailleurSEs du sexe recueillis au mois de novembre 2018 sur l’impact de la pénalisation des clients sur les conditions de vie et de travail. Cette collecte de témoignages se déroule dans le cadre de la QPC ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]) actuellement en cours concernant la pénalisation des clients.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les personnes dont nous relayons les témoignages sont issues de communautés variées de travailleurSEs du sexe : femmes cisgenres, transgenres, hommes cisgenres, transgenres, travaillant dans la rue ou sur internet, maîtrisant le français ou non, ayant un titre de séjour en France ou non. Le constat est encore une fois sans appel : la pénalisation des clients nuit aux travailleurSEs du sexe, quel que soit leurs modalités d’exercice, quel que soit le degré d’autonomie dont elles disposent dans leur activité, quelle que soit leur situation au regard du séjour en France. Pour des raisons de garantie d’anonymat, les prénoms ont été modifiés et nous ne publions pas l’origine du témoignage.

Anastasia


« J’ai perdu beaucoup de clients depuis la loi et j’ai perdu beaucoup de revenus. J’ai du mal à payer mon loyer tous les mois et j’ai dû laisser mon appartement. Depuis la loi, les clients qui restent et qui n’ont pas peur sont les mauvais clients. Ils nous insultent, sont violents. On est aujourd’hui de plus en plus malmenées par la société, des groupes de gens, femmes et hommes nous insultent. Les gens qui ont voté pour cette loi ne se rendent pas compte de ce qu’on vit aujourd’hui. J’ai perdu en autonomie financière et par moment je suis obligée de mettre ma vie en danger pour avoir un peu d’argent pour me nourrir ou subvenir à mes besoins. Pourtant, je cherche du travail mais en tant que transsexuelle, on est stigmatisée et montrée du doigt. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Anais


« J’exerce en tant qu’escort depuis 7 ans et suis donc directement concernée par la loi de 2016. Lorsque j’ai commencé à exercer, le nombre de clients potentiels était suffisamment élevé pour qu’il me soit possible d’accepter ou de refuser les clients. D’une façon générale, leur attitude était respectueuse, les tarifs et pratiques étaient acceptées sans négociation. Lors du passage de la loi de 2016, un changement radical s’est opéré. Une nette diminution du nombre de clients m’a contraint à devoir accepter des personnes ou des pratiques que j’aurais refusé auparavant. J’ai constaté que l’attitude générale des personnes qui prennent contact est de plus en plus irrespectueuse. Les demandes de pratiques dangereuses ont augmenté, la négociation des tarifs est devenue fréquente. Afin de pouvoir continuer à exercer sans danger, et alors que j’étais indépendante, j’ai quitté la France pour travailler à l’étranger pendant plus d’un an. J’ai donc travaillé pour des agences et des salons à qui je devais reverser une partie importante de mes gains. Sans la loi, j’aurais pu continuer à travailler de façon indépendante et n’aurais pas eu à mettre au service de proxénète. Je suis de retour en France depuis quelques mois et je constate que la situation ne fait qu’empirer. Il y a toujours très peu de clients. Les demandes de rapports sans préservatifs sont devenus fréquentes, les négociations de tarifs et pratiques aussi. Il y a de plus en plus de personnes qui appellent juste pour nous insulter ou se moquer de nous. En août 2018, du fait de la pénurie de clients, j’ai été contrainte d’accepter un rdv avec une personne que je n’aurais jamais accepté si j’avais eu le choix. Cette personne était en fait venue exclusivement pour me braquer. Comme je n’avais pas d’argent, il m’a violée et tabassée. La pénalisation des clients met en danger les TDS et les précarise. Pour notre sécurité, il est urgent qu’elle soit abrogée »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Lili


   « Je suis contre la pénalisation des clients, car les clients n’osent plus venir. Du coup, je ne gagne plus d’argent pour payer le loyer, pour manger. Mais, je n’ai pas de choix de faire un autre travail, du coup je continue, mais c’est de plus en plus difficile. Depuis la pénalisation des clients il y a plus d’agressions qu’avant. Car les ‘’bons clients’’, qui sont les ‘’gens bien’’, ne viennent plus. Et, il ne reste que les ‘’mauvais clients’’ dans la rue, les agresseurs et ceux qui demandent ‘’sans capote’’. Je ne peux plus choisir mes clients, avant j’avais plus de choix, du coup c’est devenu très dangereux. Tous les jours, depuis la loi sur la pénalisation des clients, j’ai peur quand je vais travailler. J’ai peur de tomber sur un agresseur. Mais je n’ai pas de choix de faire un autre travail, donc je continue, mais j’ai peur, car il n’y a plus que les ‘’mauvais clients’’. »

   « Avant la pénalisation des clients, je pouvais choisir les bons clients, comme j’avais plus de choix. Maintenant, je n’ai plus de choix, donc c’est dangereux. Avant la pénalisation des clients, les clients ne pouvaient pas demander des rapports sans préservatif, car nous les filles à Belleville, on refusait toutes de faire ‘’sans capote’’, on faisait toutes pareil. Mais, maintenant, comme il y a plus que les ‘’mauvais clients’’, il y a plus de pressions sur nous [pour faire sans préservatifs], car certaines acceptent. Les clients maintenant ils disent : « Elle elle fait sans préservatif, pourquoi toi tu fais pas. Si tu fais pas sans préservatif, moi je vais voir les autres »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kostadinka


« La pénalisation des clients m’a touché directement parce que je n’ai plus autant de clients qu’avant. Je pense que j’ai perdu environ 1/3 de mes clients qui ont peur de prendre des amendes et je perds aussi des revenus. C’est difficile pour moi de pouvoir vivre avec cette diminution. Je dois rester de plus en plus longtemps pour espérer pouvoir payer l’appartement que je loue et j’ai peur de le perdre. Je ne veux pas retourner à l’hôtel qui me coûtait beaucoup plus cher et que je ne pourrais plus payer. Je travaille depuis longtemps et je n’ai jamais vu autant de clients irrespectueux. Les clients aujourd’hui essaient de nous imposer des prix qui ne nous conviennent pas. Ils nous disent que parce qu’ils prennent tous les risques parce qu’on n’est plus pénalisées, on doit leur faire des cadeaux, parce qu’ils continuent de venir nous voir. Mais ça ce sont les clients qui ne nous respectent pas. Ceux qui nous respectaient, qui nous faisaient des cadeaux et voulaient nous aider ne viennent plus parce qu’ils ne veulent pas avoir des amendes. Je vois aussi de plus en plus de personnes m’insulter quand ils passent à côté de moi. C’était des choses que je ne vivais pas avant la loi. Il y avait des gens qui nous insultaient mais pas autant. J’aimerais que la loi soit annulée parce qu’elle nous cause beaucoup de problèmes »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

A Yu


« Je travaille dans la rue depuis 5 ans. La pénalisation des clients a eu des conséquences sur mes conditions de travail, sur les revenus. Je n’ai plus d’argent pour louer un appartement. Du coup, maintenant je loge dans un dortoir pour migrants, avec 8 autres personnes. C’est compliqué, car ça a un impact sur mes conditions de vie, je ne dors pas très bien. Il me faut bien vivre, c’est pour ça que je fais ce travail, pour gagner de l’argent et manger. Je n’ai pas de papiers donc c’est difficile de trouver un autre travail. Il y a beaucoup de contrôle dans les autres milieux [dans lesquels je pourrais travailler]. Par exemple, pour faire le ménage chez les gens ou ‘’la nounou’’ [garde d’enfant], ils n’osent pas vous employer car il y a des contrôles, donc ils ont peur. » « Si vous m’enlevez mes clients, je n’ai plus d’argent. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Angélique


“Si je vous écris aujourd’hui, c’est parce que depuis que la loi pénalise mes clients, j’ai non seulement vu mon chiffre d’affaires baisser parce que les habitués respectueux de la loi m’ont délaissée, mais aussi que je me suis aperçue que là où j’étais maîtresse de mes choix, libre de refuser quiconque contrevenait à mes conditions, je me suis vue ajouter des prestations que je ne faisais pas jusqu’en 2017 environ, pour tenter de pallier à ma perte de revenus. Mes clients contrevenant à la loi en sont pour certains bien conscients et n’hésitent aujourd’hui plus à insister parce qu’ils savent que, dans le besoin, certaines acceptent. C’est notamment dans ces conditions que je me suis malheureusement mise en danger plus d’une fois. Avant j’avais une activité prospère, maîtrisée et sécurisée”

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Chantel


“Je suis arrivée en France en 2015. Je travaille en camionnette. Avant la loi de pénalisation des clients c’était plus facile. Les clients n’avaient pas peur et j’avais plus de clients. Depuis je dois travailler beaucoup plus. Je dois rester toute la nuit, parfois pour rien. Je n’ai plus qu’un peu d’argent pour survivre. C’est beaucoup plus stressant. Et les prix des passes a baissé et j’accepte même des prix ridicules comme 20€ pour faire l’amour et la fellation alors qu’avant je restais moins longtemps avec le client pour au moins 50€. J’ai beaucoup moins de choix pour les pratiques. Je suis obligée d’accepter par exemple qu’il me touche partout et plus longtemps car j’ai besoin de manger. Ils me mettent la pression parce qu’ils disent qu’ils sont obligés de faire attention à la police à cause de cette loi. J’ai moins de temps, c’est plus difficile de négocier et d’apprécier si c’est un client qui ne me posera pas de problème. Parfois ils restent longtemps dans ma camionnette car ils sont stressés par la police. Ils insistent parfois pour ne pas utiliser de préservatif et ils disent “tu n’as pas le choix ! Regarde, tu vois, il n’y a pas beaucoup de clients !”.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum