Partagez
Aller en bas
avatar
HannaH
Admin
Admin
Messages : 333

Age : 37
Localisation : Vaud
http://escort.forumactif.com/

Message par defaut La misère sexuelle est une construction sociale, et elle fait des ravages

le Lun 30 Avr 2018, 04:14
Un « célibataire involontaire » a foncé sur la foule et tué dix personnes à Toronto lundi. Pour les « Incels », le sexe est un dû. Cette conception transactionnelle du plaisir ne sort pas d’esprits malades ou perturbés, mais de notre culture, estime la chroniqueuse de « La Matinale du Monde », Maïa Mazaurette.

Lundi 23 avril à Toronto (Canada), un jeune homme a foncé en voiture sur des passants. Il appartenait à la mouvance des Incels, ces « célibataires involontaires » mâles, victimes autoproclamées de la cruauté des femmes. Le crime de ces dernières ? Ne pas être sexuellement intéressées. Le châtiment ? Dix innocents fauchés, dont huit étaient des femmes : du grain à moudre pour les dinosaures estimant qu’il « suffit de dire non ».

Le prix que notre société paie à la masculinité toxique s’alourdit, encore et encore, sans qu’on y réagisse autrement qu’avec fatalisme. Il y a mort d’homme, et ça n’est pas la première fois. En 2014 déjà, l’auteur du massacre de Santa Barbara (14 blessés, 7 morts dont le tueur) avait justifié sa folie meurtrière par l’incapacité à accéder au corps des femmes.

Pour ces jeunes hommes, le sexe est un dû. Cette conception transactionnelle du plaisir ne sort pas d’esprits malades ou perturbés. Depuis la courtoisie médiévale jusqu’aux films romantiques comme Twilight, notre culture enfonce le clou : un homme gentil, qui montre patte blanche, qui ne se décourage pas, sera récompensé par des rapports sexuels avec une femme (tandis qu’un homme moins gentil, ne montrant pas patte blanche, obtiendra comme James Bond des rapports avec plusieurs femmes). Encore aujourd’hui, quantité de « recettes de séduction » promettent d’enseigner des plans d’action supposément infaillibles. Avec des conséquences désastreuses : si les hommes font tout bien mais qu’ils n’obtiennent pas de sexe, alors les femmes sont injustes, tout comme est injuste une société qui autorise les femmes à ne pas « rembourser » les hommes de leurs attentions.

La pénétration est la seule rétribution attendue, la seule modalité du dialogue. Sans sexe, la vie est tellement indigne qu’on préfère la terminer en prison, ou entraîner des inconnus dans la mort. Là encore, les germes culturels sont solides. Notre modernité est obsédée par l’idée de « rater sa vie » : il faut s’épanouir, tout le temps, partout. Cet épanouissement ne se limite pas à la sexualité : une femme sans enfant rate sa féminité, une personne sobre rate la transcendance par l’alcool… ne parlons même pas des losers qui ratent la Rolex avant 50 ans ! La dignité humaine, garantissant au départ nos droits constitutionnels, est devenue un argument de vente tout-terrain : « Après une journée difficile au boulot, vous méritez une tarte tropézienne et un missionnaire avec bobonne. »

Deux conceptions limitantes du plaisir charnel
Admettons-le : nous tenons un double discours. Nous affirmons que le sexe n’est pas un droit… Mais nous répétons « en même temps » que chacun trouvera l’âme soeur, que tous les goûts sont dans la nature, et que l’absence de sexualité condamne le bien-être physique et mental. Les réfractaires se voient rappeler à l’ordre par leur entourage et les médias, à travers des quantités astronomiques de recommandations hygiéniques (le sexe favorise le sommeil, il soulage des tensions ; les jours impairs, il brûle les calories équivalentes à douze portions d’aligot et traverse la mer Rouge en multipliant les bitcoins)… Le message est identique pour les couples : les conjoints peu motivés voient leur légitimité et leur avenir commun contestés, au motif que, sans maintien du devoir conjugal, l’union se réduirait à un simple hologramme. On pourrait ainsi faire couple sans cohabiter, sans faire d’enfant ou sans compte joint, mais pas faire couple sans coucher.

De telles conceptions dramatisent évidemment les enjeux…. au point qu’on soit en droit de demander quel besoin nous ressentons de marteler la norme sexuelle (de quelle mystérieuse inertie avons-nous peur exactement ? Imaginons-nous que, sans motivation sanitaire ou psychologique, nous ferions face à une épidémie de chasteté ?). La pression se fait d’autant plus contraignante que seuls les rapports avec pénétration comptent, tandis que les autres demeurent facultatifs (de simples « piments ») : il faut aller « jusqu’au bout ». Les caresses s’appellent « préliminaires » et non « plat de résistance ». La tendresse, les câlins, les formes d’intimité sans pénétration servent de simple accompagnement : celui ou celle qui s’en contenterait serait la victime d’une désastreuse arnaque (ou ferait preuve de mauvaise foi).

Notre culture se coltine donc deux conceptions ultra-limitantes du plaisir charnel : 1) la sexualité est incontournable, 2) dans sa version légitime, elle exclut 99 % des possibilités érotiques. Cette sexualité authentique se fiche des massages, tolère vaguement les fellations, méprise les sextos, néglige les conversations enflammées, considère les attouchements comme de simples amuse-bouches. Elle renvoie les douches prises ensemble, les masturbations partagées, à du sexe incomplet.

Des exclus qui n’en sont pas
Les conséquences sont explosives. La réduction du champ de la sexualité « complète » empêche en effet ses bénéficiaires de considérer le verre comme à moitié plein (ou comme somptueusement rempli). Bien des hommes recevant une stimulation manuelle de leur conjointe se couchent frustrés, même quand ils ont connu un orgasme, même quand ces caresses étaient prodiguées avec attention et compétence. Il leur semble qu’il manque quelque chose. Dans notre optique occidentale, mieux vaut une pénétration expédiée en deux minutes plutôt qu’un jeu érotique époustouflant de deux heures.

Plus nous adoptons une définition étroite du sexe, plus les frustrés sont nombreux. Et plus nous dramatisons les conséquences d’une privation de pénétration, plus nous retournons le couteau dans leur plaie. Cette commisération, volontiers moqueuse, transforme les petites détresses en problèmes littéralement vitaux. Quand elle ne massacre pas des innocents à Toronto, la logique du « vrai sexe » encourage tous les autres types d’abus. Un exemple typique : quand on affirme avec une sublime hauteur d’esprit que les violeurs sont des victimes de la misère sexuelle (sociologiquement c’est faux, mais on persiste à propager l’argument), il faut bien comprendre que cette misère sexuelle existe uniquement parce qu’on considère comme « sexe » un rapport interpersonnel. Le violeur peut se donner sa jouissance tout seul ! Même en étant exclu pour une raison ou une autre du champ de la séduction, il a toujours accès à des milliers d’autres formes d’interaction : rien ne l’empêche d’entamer une correspondance érotique renversante ou de s’inscrire sur des sites de webcam.

Du coup, quand on parle de misère sexuelle, cette misère entraîne la responsabilité d’une autre personne. Laquelle doit être compatible, disponible, bienveillante et physiquement présente (dans le cas contraire, cette autre personne est partiellement responsable des viols, ou des actes de terrorisme – ces arguments, les femmes les entendent constamment : « Ah mais quand même, les hommes ont des besoins »). L’emploi du mot « misère » empire le problème : les miséreux ne sont-ils pas en droit de se rebeller contre leur condition ? Même chose pour la restriction du mot « sexe » à la pénétration : combien de temps allons-nous créer des exclus qui n’en sont pas ?

Il ne s’agit nullement de modifier les noms de nos malheurs pour les faire disparaître : la misère sexuelle est une construction sociale, et elle fait des ravages. A Toronto comme à Paris, Marseille ou Epinay-sur-Orge, nous récoltons la colère que nous semons. Il est temps de se débarrasser de cette vision bornée de la sexualité. Si nous ne le faisons pas pour nous-mêmes, faisons-le pour éviter le prochain massacre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier : 
La femme qui a un mari et un amant est une prostituée pour l'un des deux et souvent pour tous deux, et puis je ne saurais consentir à céder la place à un autre.

                              [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]                                                    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum