Partagez
Aller en bas
avatar
HannaH
Admin
Admin
Messages : 302

Age : 37
Localisation : Vaud
http://escort.forumactif.com/

Unique La première maison close 2.0

le 14.02.18 8:28
Elles s'appellent Kim, Lily ou Sophia. Ce sont les nouvelles pensionnaires de la première maison close française de poupées sexuelles en silicone.


Passionné de nouvelles technologies, Joaquim Lousquy s'est lancé dans la location de poupées sexuelles après avoir testé le concept en Allemagne et en Espagne. Lors de ma visite, chaque poupée était déjà installée lascivement et dans le plus simple appareil dans leur chambre. L'établissement en a trois. Des petites chambres composés d'un matelas, d'oreillers et d'un grand écran sur lequel sont diffusés des films pornographiques. A moins que les clients préfèrent pour leur séance l'immersion dans un casque de réalité virtuelle.

L'étape avant l'arrivée des robots sexuels.

"Il s'agit d'une nouvelle forme de sexualité" explique Joaquim Lousquy. Ses clients ont entre 30 et 50 ans et sont hétéros, gays, lesbiennes. Pour élargir son public : des modèles masculins devraient aussi être disponibles prochainement. Pour le moment, ses poupées ne sont pas animées, elles ne parlent pas. Les modèles de robots sexuels existent mais sont encore chers. Le jeune entrepreneur voit son service comme une façon de lutter contre la prostitution. C'est aussi l'argument de l'industrie des Sex dolls.

Dans un autre genre, un concepteur japonais de poupées sexuelles enfants affirme que cela l'a aidé à ne pas passer à l'acte. Un avis que ne partage pas la FFR. Composé de nombreux chercheurs, la fondation américaine pour une robotique responsable estime dans un rapport publié l'année dernière que permettre aux gens de vivre leurs fantasmes les plus sombres avec des robots sexuels pourrait avoir des effets pernicieux et plutôt les encourager dans leur pratique. Même s'il n'y a pas de législation sur le sujet, Joaquim Lousquy refuse lui de mettre à disposition des poupées de moins d'1,45 mètres. Il devrait ouvrir six autres maisons closes un peu partout en France dans les prochains mois.

https://www.franceinter.fr/emissions/c-est-deja-demain/c-est-deja-demain-14-fevrier-2018

#Xdoll
#Paris
#Prostitution


Dernière édition par HannaH le 17.03.18 0:44, édité 1 fois

_________________
Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier : 
La femme qui a un mari et un amant est une prostituée pour l'un des deux et souvent pour tous deux, et puis je ne saurais consentir à céder la place à un autre.

                                                                                  
avatar
Juice
Membre
Membre
Messages : 14

Unique Re: La première maison close 2.0

le 24.02.18 10:08
Beurk !
Baiser une poupée en silicone c'est un peu comme baiser un cadavre, avec la chaleur et la mobilité en plus.

Ce qu'il y a de vraiment dramatique dans ce constat, c'est une façon hypocrite de soutirer de l'argent de la prostitution, notre monde est tombé bien bas.
avatar
HannaH
Admin
Admin
Messages : 302

Age : 37
Localisation : Vaud
http://escort.forumactif.com/

Unique la «maison close» aux poupées sexuelles fait polémique

le 17.03.18 0:43
Ouvert depuis le 1er février, Xdolls, le premier lieu français avec des poupées silicone, est dans le collimateur du groupe communiste - Front de gauche. Ils demandent la fermeture.



Un appartement ouvert aux hommes pour des prestations sexuelles payantes sur des poupées grandeur nature en silicone est-il une maison close ? Donc illégal ? C’est la question à laquelle le préfet de police, les sénateurs, le ministère chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes et la maire de Paris sont invités à répondre…

Nicolas Bonnet Oulaldj - président du groupe communiste - Front de gauche au Conseil de Paris - et les élus de son groupe viennent de déposer un vœu au Conseil de Paris (qui débute ce mardi) demandant l’interdiction de Xdolls, maison close de sex-toys géants «nouvelle génération».

Les poupées qui ont déclenché la polémique



Ce vendredi, son jeune patron, Joachim Lousquy, 29 ans, jean et tee-shirt, ancien gérant de boutiques de cigarettes électroniques, «entrepreneur avant-tout», comme il se définit, attendait le client, étonné par la polémique…

Xdolls a ouvert il y a six semaines, le 1er février dernier dans un appartement «lambda» de 70 m2 du XIVe arrondissement. L’adresse est tenue secrète. «Les voisins ne sont même pas au courant !», sourit-il. Lumière tamisée, musique, trois chambres avec dans chacune une créature en silicone, nue, made in China - «plusieurs milliers d’euros chacune», élude-t-il - de petite taille, 1m45… Comme décor, au mur, un écran avec des vidéos pornos «pour la stimulation». Au fond, une pièce - «vous ne pouvez pas visiter» - où les poupées sont nettoyées «genre au karcher».

«Le client fixe son rendez-vous et paye par Internet»
Tarif des prestations ? 89 euros l’heure. «Le client fixe son rendez-vous et paye par Internet». Public ? «Hommes surtout, détaille Joachim, 30-50 ans, plutôt CSP + propres sur eux, ainsi que quelques couples qui viennent vivre une nouvelle expérience sexuelle».

Pour Nicolas Bonnet Oulaldj, «Xdolls véhicule une image dégradante de la femme». «Je ne suis ni sociologue, ni philosophe, ni psychologue, réplique Joachim. Je ne suis pas la bonne personne pour répondre à ça».

De plus, Nicolas Bonnet Oulaldj n’hésite pas considérer «ladite entreprise comme un lieu de prostitution avec un propriétaire pouvant être assimilé à un proxénète».

Par ailleurs les communistes fulminent : «Xdolls a été déclaré au registre de commerce en tant que maison de jeux comme si c’était une salle avec des baby-foot ou des flippers».

Pierre Laurent, le patron du parti communiste, s’est invité dans la polémique. Le secrétaire national du PC déposera jeudi prochain une question écrite au Sénat. Il y dénonce des poupées «robots sexuels» dont «certaines peuvent faire penser à des enfants». Et déplore la «banalisation de la prostitution» et «un moyen détourné pour amener l’acceptation par l’opinion du retour des maisons closes». Sur le Web, des internautes ont regretté cette «pudibonderie», «ce manque de liberté» et cette «moralisation à outrance».

Lorraine Questiaux, avocate et porte-parole du « Nid » à Paris - l’incontournable association féministe qui accompagne les victimes d’exploitation sexuelle - ne trouve pas ça drôle et rappelle «qu’en France, chaque année, ce sont 86 000 femmes violées». Pour elle, « Xdolls n’est pas un sex-shop. C’est un endroit qui génère de l’argent et où on simule le viol d’une femme ». La puissante association va elle aussi « interpeller le préfet ».

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-la-maison-close-aux-poupees-gonflables-irrite-les-communistes-16-03-2018-7612830.php

_________________
Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier : 
La femme qui a un mari et un amant est une prostituée pour l'un des deux et souvent pour tous deux, et puis je ne saurais consentir à céder la place à un autre.

                                                                                  
avatar
€scort
Webmaster
Webmaster
Messages : 92

https://www.forumtds.net

Unique Re: La première maison close 2.0

le 18.03.18 22:40
Quand des politiques cherchent à faire parler d'eux avec un nouveau scandale sur la "prostitution"

Poupées sexuelles, le ridicule ne tue pas, la prohibition si !



Il y a quelques semaines, lorsque des journalistes m’interrogeaient sur la création d’une « maison close » à Paris où les « prostituées étaient remplacées » par des poupées, j’ai refusé de répondre expliquant que c’était un non-sujet, que je n’y voyais pas un nouveau phénomène puisque les poupées gonflables existent déjà depuis des décennies, et que non, les travailleurSEs du sexe n’avaient pas peur d’être remplacées par des sextoys puisque ça n’avait rien à voir.

Il faut croire que l’entreprise de déshumanisation des travailleurSEs du sexe à l’œuvre avec l’idéologie abolitionniste amène cependant la classe politique à amalgamer des êtres humains et des poupées, et considérer que les lois sur le proxénétisme criminalisant des êtres humains peuvent être mobilisées contre l’usage commercial d’objets.

Nous apprenons en effet que le conseil de Paris devra débattre mardi 20 mars un vœu du groupe communiste-Front de gauche sur l’interdiction de cette « maison close », et que le sénateur et secrétaire national du PCF Pierre Laurent, posera une question écrite au Parlement à ce sujet. Le jeune entrepreneur derrière ce business aura au moins réussi l’exploit d’une publicité gratuite à grande échelle en créant le scandale.

http://ma.lumiere.rouge.blogs.liberation.fr/2018/03/18/poupees-sexuelles-le-ridicule-ne-tue-pas-la-prohibition-si/

_________________
€scortForum
avatar
HannaH
Admin
Admin
Messages : 302

Age : 37
Localisation : Vaud
http://escort.forumactif.com/

Unique Re: La première maison close 2.0

le 18.04.18 7:45

_________________
Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier : 
La femme qui a un mari et un amant est une prostituée pour l'un des deux et souvent pour tous deux, et puis je ne saurais consentir à céder la place à un autre.

                                                                                  
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum