Partagez
Aller en bas
avatar
HannaH
Admin
Admin
Messages : 302

Age : 37
Localisation : Vaud
http://escort.forumactif.com/

Message par defaut l’escort-girl agressée témoigne pour briser la loi du silence

le 24.12.17 0:27
Inès a été menacée d’une arme par un client et un deuxième homme qui voulaient la voler. Malgré les préjugés sur son métier, elle a porté plainte et l’un de ses agresseurs a été condamné à deux ans de prison ferme.


« Malgré notre activité d’escort-girl, on a le droit d’être défendu comme les autres personnes ». Inès reprend ainsi les paroles du procureur lors du récent procès de ses deux agresseurs qui voulaient la voler en la menaçant avec une arme. Des paroles qui l’ont réconforté et qui lui ont redonné confiance en la justice. Des paroles qui l’ont poussé aussi à témoigner pour que les autres filles sortent de leur silence lorsqu’elles sont victimes. « La plupart ne déposent pas plainte, or les agressions sont fréquentes, je le sais car on parle entre nous », explique-t-elle.

Cette jeune femme de 28 ans a été braquée par deux hommes le 9 octobre dernier dans son appartement de travail situé à Cergy. L’un d’eux s’était fait passer pour un client. Il avait pris contact avec elle via le site d’annonce Vivastreet. Rien d’anormal pour l’escort girl qui travaille avec ce site depuis 2008 même si elle sait que « 80 % des filles agressées sont sur Vivastreet ». L’homme répondait à ses critères de sélection « assez stricts » : il lui dit bonjour au téléphone, il n’a pas de « langage racaille », il s’exprime et comprend correctement ce qu’elle explique en matière de tarifs et prestations.

Le jour du rendez-vous, elle ne se méfie donc pas plus que d’habitude. L’homme qui se révèle être un voisin du quartier se présente chez elle. Dès le début, il prétexte d’aller aux toilettes pour aller en fait ouvrir la porte à un complice. Soudain, il sort une arme et la braque sur elle. « J’ai cru qu’ils voulaient me tuer, raconte-t-elle avec émotion. Et puis, ils m’ont fait comprendre qu’ils voulaient de l’argent. Je leur ai présenté mon portefeuille, j’avais 200 € », poursuit-elle. D’après elle, « la plupart des voyous » pensent toujours que les escort ont de l’espèce sur elles, or c’est une règle d’or dans le milieu : ne jamais en conserver sur soi.

Ils l’ont menacée de la retrouver si elle parle

Inès les supplie de l’épargner, elle promet de ne rien raconter. Elle leur dit de faire attention car la résidence est sous vidéosurveillance. Finalement, les deux agresseurs repartent avec les 200 € en prenant soin de prendre la carte d’identité de la jeune femme en photo. « Pour me retrouver au cas où je parlerais », précise-t-elle.

Sous le choc, Inès compose le 17. Policiers et pompiers débarquent. Ils insistent pour la conduire à l’hôpital. « J’étais vraiment sous le choc ». Le lendemain, elle se rend au commissariat, la boule au ventre. « Je ne savais pas quoi faire, porter plainte ou non ? J’hésitais, j’avais peur de ne pas être prise au sérieux par rapport à mon activité. Là, le policier m’a expliqué que j’étais une victime ».

Les policiers sont parvenus à identifier et interpeller les deux agresseurs présumés. L’homme de 26 ans qui a pris rendez-vous et qui l’a menacée avec l’arme a été condamné à deux ans de prison ferme et incarcéré. L’autre, faute de preuves, a été relaxé.

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/cergy-l-escort-girl-agressee-temoigne-pour-briser-la-loi-du-silence-17-12-2017-7458159.php#xtor=AD-1481423553

#Vivastreet
#Agression
#Escort-Girl

_________________
Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier : 
La femme qui a un mari et un amant est une prostituée pour l'un des deux et souvent pour tous deux, et puis je ne saurais consentir à céder la place à un autre.

                                                                                  
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum