Partagez
Aller en bas
avatar
€scort
Webmaster
Webmaster
Messages : 92

https://www.forumtds.net

Message par defaut Violence. Prostitution : un an après, la loi fait son effet

le 17.10.17 9:34


Il y a un an, le texte de lutte contre le système prostitutionnel était adopté. La pénalisation des clients est entrée en vigueur, sans éteindre les critiques de certaines associations.
Il y a tout juste un an, la France réajustait sa politique en matière de prostitution. Le 6 avril 2016, après de longs débats parfois tendus, l’Assemblée nationale adoptait les 23 articles de la loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées, dont la mesure la plus emblématique était la pénalisation des clients. Mesure entrée en vigueur le 14 avril 2016. Pour ce premier anniversaire, le collectif Abolition 2012, regroupant 62 associations féministes et de lutte contre la traite humaine, en dresse un premier bilan positif. Fondé lors de la dernière campagne présidentielle pour porter la question dans le débat public, ce collectif « salue la détermination des ministères qui, en moins d’un an, ont publié quatre décrets d’application (sur cinq) et deux circulaires ».


804 « acheteurs de sexe » interpellés


Sur le volet répressif, les associations se félicitent que « plus aucune personne prostituée » n’a été interpellée depuis avril 2016 pour racolage, un délit désormais supprimé par la loi et qui concernait auparavant plus de 1 500 prostitué(e)s par an. « Pour la première fois depuis 1939, les personnes prostituées ne peuvent plus être réprimées pour leur activité », apprécient les associations. Dans le même temps, en vertu de la nouvelle loi, 804 « acheteurs de sexe » ont été interpellés depuis l’entrée en vigueur du texte. Des hommes à qui a été proposé, en complément ou en remplacement de la contravention, un stage de sensibilisation à la lutte contre l’achat d’actes sexuels – autre mesure contenue dans la loi. Le premier de ces stages s’est tenu le 31 mars dernier. « La honte a changé de camp, résume Danielle Bousquet, présidente du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes. Les coupables ne sont plus les personnes prostituées, victimes de la domination masculine et économique, mais les clients et les réseaux d’exploitation. »
Sur le volet social de la loi, le « parcours de sortie de la prostitution et d’insertion » en est encore à ses débuts. La circulaire de mise en œuvre a été publiée le 31 janvier dernier. « Le succès de ces parcours nécessite une augmentation conséquente des financements attribués aux associations de terrain qui les accompagnent dans leur démarche de sortie », reconnaît Abolition 2012.


Nombreux témoignages de violence


D’autres associations, tels Médecins du monde ou le Planning familial, sont beaucoup plus critiques sur la loi : « La pénalisation des clients n’a aucun impact sur le nombre de travailleur-se-s du sexe mais dégrade leurs conditions de travail et de vie », soulignent-elles. Les personnes prostituées auraient moins de marge de négociation avec des clients devenus plus rares et se retrouveraient plus isolées. Résultat : « Elles prennent plus de risques pour leur santé et leur sécurité, conduisant à une perte du suivi sanitaire, des interruptions de traitement. » Les témoignages de violence seraient aussi plus nombreux.
« Ce n’est pas la loi qui en est la cause, c’est la prostitution, rétorque Abolition 2012. C’est la prostitution qui exploite les plus précaires des précaires, met à profit leurs vulnérabilités, leur inflige des violences répétées, dont les premiers auteurs sont les clients. » Comme en 2012, le collectif a décidé de saisir les candidats à la présidentielle pour aller plus loin. Parmi ses revendications : la lutte contre le proxénétisme sur Internet et la prostitution des mineur-e-s, ou encore l’éducation à la sexualité et à l’égalité filles-garçons.


37 000 personnes prostituées

On estime à 37 000 le nombre de personnes prostituées en France (l’Allemagne, qui a rouvert les maisons closes en 2002, en compte 400 000). En 2013, une étude montrait que 38 % d’entre elles auraient été victimes de viols et plus de la moitié de violences physiques au cours des douze derniers mois.

www.humanite.fr
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum